• Je ne t'ai pas vue partir

     

    Je ne nous ai pas regardées partir. Je ne nous ai même pas vues franchir le seuil. C'est comme si, chaque jour, je me retournais, sur le pas d'une porte, pour regarder ton visage. Ce visage, je le reconnaîtrai toute ma vie, je le verrai au-delà de la mort. Et ton visage qui disparaît derrière cette porte close. Et mon esprit qui s'attarde, seul, isolé, désolé. Et mes yeux qui regardent ce visage qui demeure là, qui demeure, puis qui s'en va. Ton visage que j'ai si souvent pris en photo, avec toute ma concentration et ma passion, avec une minutieuse attention, une infinie tendresse pour ta si grande beauté.

    Grâce à ses photos, je te possède un peu encore. Tu es là, même absente. Ton visage restera semblable à celui que j'ai connu, que j'ai aimé, même quand toi tu auras changé. Tu resteras mon trésor adoré, porté jusqu'à sa perfection intemporelle, mon amour chéri, l'amour de ma vie, mon coeur ma vie mon âme, comme je te le disais si souvent.


  • Commentaires

    1
    Eve
    Vendredi 2 Juillet 2010 à 14:24
    un dernier regret
    un dernier regret qui s'en va ... ce titre, à cette date. J'ai cru un instant que ce texte parlait enfin d'une autre, que peut être une autre avait compté, un peu, un tout petit peu,le petit rien qui aurait permis qu'elle se soit sentie exister ... un petit signe pour lui dire au revoir. Sans regret, alors, ses larmes coulent encore pour ce vide si grand
    2
    L Amoureuze Profil de L Amoureuze
    Vendredi 2 Juillet 2010 à 19:26
    Bien sûr
    qu'une autre a compté, et pas qu'un tout petit peu... Bien sûr qu'une autre j'ai aimé. Ou plutôt non, elle m'a aimée et moi je n'ai pas su l'aimer... Une femme d'une grande bonté et beauté intérieure, une femme douce et généreuse, avec de vraies valeurs, de vrais sentiments. Une femme qui m'a aimée et que moi j'ai repoussée, peut-être inconsciemment, peut-être maladroitement, peut-être abruptement. Sans doute que je n'étais pas prête, sans doute qu'une autre remplit toujours mon âme, sans doute que je sais réellement si peu aimer que je fais fuir ceux et celles qui s'attachent à moi, pour ne garder que son fantôme auprès de moi, et vivre son absence à travers cette pseudo présence. Je regrette d'avoir fait mal à cette femme. Je regrette de lui avoir permis d'espérer et de rêver. Je regrette de lui avoir fait verser des larmes. Je lui demande pardon de ne pas avoir su l'aimer, de ne pas avoir pu lui donner ce dont elle avait envie et besoin...
    3
    E
    Samedi 3 Juillet 2010 à 00:36
    les larmes
    sont faites pour couler, surtout lorsqu'elles emportent le chagrin. Tu sais, personne ne peut regretter d'avoir espéré et rêvé: c'est un bonheur en soi, jamais une souffrance. Depuis quelques heures cette autre a pu enfin se coucher entre deux pages, elle peut alors regarder cette histoire et la relire pour la clore ... oui, tu lui as donné ce dont elle avait besoin. Elle va pouvoir se tourner et se voir belle au dehors aussi, dans des yeux amoureux.
    4
    L Amoureuze Profil de L Amoureuze
    Samedi 3 Juillet 2010 à 16:59
    Espoir
    Je souhaite de tout mon coeur que son doux regard croise des yeux amoureux qui l'emportent loin, très loin et très haut, jusqu'au pays des merveilles...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :