• Les enfants...

     

    J'ai gardé devant mes yeux cette scène terrible de ce film qu'on a regardé toutes les deux...

    Ce tiraillement...
    Tu te souviens? Les deux femmes, appelons les J et V, discutent... Puis le mari de J, vient la chercher avec sa voiture et ses enfants...
    Il lui dit que V l'a comme envoûtée, qu'elle est toujours là. Il n'est pas content...
    En même temps, G lui crie, au mépris du mari, "Reste avec moi, reste avec moi..."
    J se sent tiraillée... comme si chacun la tirait par un bras...
    J culpabilise de devoir la laisser, elle souffre de la souffrance de G... Elle rejoint son mari pourtant...

    Je n'ai pas de mari, mes enfants ne me tirent pas à eux, et tu n'as rien à voir avec G, cette horrible manipulatrice destructrice qui ne pense qu'à elle... Rien du tout vraiment... pourtant je me sens parfois comme ça... tiraillée...

    J'ai peur quand tu me veux juste pour toi, rien qu'à toi, et que tu es malheureuse parce que je ne peux pas rendre cela... Longtemps j'ai cédé à cela pourtant, mais tu as besoin de bien plus que je ne peux te donner... aujourd'hui, j'ai peur quand je ressens tes réactions comme autant de chaînes qui m'éloignent de la mère que je suis... Alors oui je me ferme, je m'éloigne, je me braque...
    Je sais bien que tu ne veux pas ça, que tu ne demandes rien...
    Je sais que tu m'as trouvée distante par moment... Ce n'est pas du désamour tu sais... c'est juste que...
    C'est juste que je ne veux plus tomber dans ce tiraillement entre la femme amoureuse et la mère inconditionnelle... Je n'aime pas sentir que les enfants sont comme de "trop" pour toi, que tu les considères comme une géne... Je ne veux pas choisir entre eux et toi, je veux tout et voilà...

    Tu dis toujours qu'il ne faut pas se forcer tu as raison, ni s'interdire, et moi je peux pas m'interdire d'être mère, même si mes attentions pour eux t'agacent... même si leurs gestes pour moi t'agacent... même si comme tu dis, quand ils sont là, "c'est plus pareil..."


    Je t'aime toujours autant, mon Ange, n'aies pas de doute là-dessus, mais j'ai juste bien compris ta leçon...
    Ni se forcer, ni s'interdire... à nous de trouver l'équilibre...

    Ta place est là près de moi, parmi nous... je t'aime...


  • Commentaires

    1
    L Amoureuze Profil de L Amoureuze
    Samedi 21 Février 2009 à 21:11
    Je pensais
    avoir avancé moi par rapport aux enfants... Je sais, je ne suis pas très rapide parce que je n'ai pas l'habitude de vivre entourée d'enfants, mais les tiens je les aime et puis ils sont loin d'être envahissants... Je sais très bien, et depuis le début, que tu ne seras jamais rien qu'à moi et pourtant j'insiste pour venir vivre auprès de toi, de vous parce que je veux que ce soit possible moi, je veux tout faire pour le rendre possible en tout cas. J'avais espoir moi... Oui, je voudrais ma place près de toi, parmi vous
    2
    joliecoeur
    Samedi 21 Février 2009 à 21:24
    Mon Ange
    Oui tu as avancé ... Même si j'ai cru à un moment que tu faisais marche arrière, mais tu as avancé, et j'en suis fière tu sais... En fait je trouve même que tu as même fait d'un coup un pas immense, bien plus grand en quelques heures, que depuis des mois... Je le dis comme je le pense et ça m'a touchée, étonnée, impressionnée et... rassurée... la force de l'amour ... tu sais c'est pas un petite place que tu as parmi nous mais une immense place dans mon coeur... Je t'aime
    3
    L Amoureuze Profil de L Amoureuze
    Samedi 21 Février 2009 à 21:37
    C'est juste
    que quand je trouve l'équilibre, que quand je me sens bien, détendue, apaisée, rassurée sur notre amour, sur de possibles moments d'intimité, j'avance vite, oui... à pas de géants, vers vous, pour toi, pour nous. Moi aussi tu sais j'ai plein de place dans mon coeur tout vide... jtm Coeur
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :