•  

    Je n'écris plus beaucoup ici et pourtant j'y viens chaque jour pour voir si tu ne m'y aurais pas déposé quelques mots.
    J'y viens aussi pour te retrouver, nous retrouver, te lire, nous relire. J'y viens comme en "pélerinage" parce que j'en éprouve le besoin, parce que c'était chez nous, notre petit nid virtuel où on partageait plein de choses.
    J'y viens le matin avec les yeux pleins de chagrin.
    J'y viens le soir avec le coeur plein d'espoirs.
    J'y viens la nuit comme une somnambule, à pas feutrés.
    Je viens silencieusement, paraissant ne rien vouloir déranger de ce qui était.
    Je viens solennellement, cherchant ces petits bouts de toi, de nous, semés ça et là.
    Je viens tout doucement comme pour me serrer contre toi sans oser te déranger, te réveiller.
    Je viens encore ici te dire combien tu me manques, combien je pense à toi et combien je t'aime...


    2 commentaires


  • Juste pour toi, pour te souhaiter un bon anniversaire, de tout mon coeur...
    Je t'embrasse comme je t'aime et comme je pense à toi.


    votre commentaire


  • La nuit, j'ai un sommeil si léger maintenant qu'il me réveille presque toutes les heures. A chaque fois, je me retourne et passe ma main sur l'oreiller auprès de moi, à ta place... comme pour vérifier... comme pour te chercher encore et encore. Puis j'allume la petite lumière, pour mieux vérifier à nouveau, pour être sûre, et je regarde la place vide... C'est mon bras enserrant cet oreiller que je me rendors péniblement, jusqu'au prochain réveil...

    Il y a maintenant 160 jours que tu es partie, 185 jours que je ne t'ai pas revue... Et pourtant je t'aime encore comme au tout premier jour, je ne cesse de penser à toi, à nous. J'aimerais tant savoir effacer tous ces jours en trop... ou en moins plutôt...

    Mon bel Ange, j'espère que tu vas bien... Je t'embrasse comme je t'aime.


    2 commentaires


  • Chaque nuit, j'ai toujours la même image. Je vois des rails de chemin de fer et ton visage derrière la porte vitrée du train. Ton grand sourire brusquement voilé d'une triste angoisse. La dernière image que j'ai de toi...

    Mais j'ai aussi toutes les autres, celles qui ne me quittent jamais et me hantent jours et nuits : ta main dans la mienne pour une promenade du soir, le coucher du soleil sur le pont, énorme et rouge sur la mer, ta joue contre la mienne sous la nuit étoilée, la pluie qui crépite au-dessus de nous deux enlacées, les petits-déjeuners la tête sur ton épaule, le film qui se termine sans même qu'on ait pu voir la fin, la douceur de ta peau, la tendresse de ton parfum, celui que tu mettais le soir, juste pour moi, avant d'aller dormir...

    Je garde tout ça et tellement d'autres choses, d'autres souvenirs, plus merveilleux les uns que les autres, dans mon coeur, prêt à exploser, empli d'amour encore enfoui pour toi...


    2 commentaires


  • Je pense à toi ce soir... Je pense à toi qui es maintenant en congés et qui va pouvoir te reposer de toute cette année pleine de travail, de soucis et d'émotions. Comme j'aurais aimé pouvoir partir encore en vacances avec toi... je me souviens de l'année dernière, notre "périple" en camping-car, toutes nos folies, nos rires, tout ce qui est écrit quelque part et que nous avons vécu de merveilleux, ensemble... Les plus belles vacances de toute ma vie, mes plus beaux instants, avec le plus bel Ange qui soit...

    Moi, j'accumule les problèmes, les soucis, les galères. Je dois faire partie de ces gens qui n'ont pas droit au bonheur, ou bien à quelques fugaces instants seulement, juste pour leur permettre d'y croire un peu... Et puis pfffiou, il disparait aussi vite qu'il est venu. J'aimerais pouvoir t'en parler, j'ai besoin de ton écoute, de ton réconfort, de ta douceur, de toi...
    Je ne crois plus en rien. Je n'aime plus rien d'autre que toi. J'ai envie de te serrer dans mes bras là, de me serrer contre toi...


    8 commentaires


  • Aujourd'hui, à la question que tu me posais si souvent, inquiète de me savoir mal : "ça va mon Ange ?", je n'aurais même pas su par où commencer pour te répondre...
    Je me serais contentée de rester là, à tenir à peine debout, livide, tremblante, les larmes aux yeux. Je t'aurais serrée dans mes bras, comme si je n'avais jamais su faire que ça. Les mots m'auraient manqué, ne me resteraient plus que les gestes...
    J'aurais caché mon visage au creux de ton épaule et me serais mise à pleurer bruyamment : "je veux toi ! Je veux toi !"
    Pour toute réponse, tu m'aurais serrée plus fort encore, comme si tu n'avais rien de plus solide à me proposer, aucun argument valable.
    Mes larmes auraient coulé longtemps dans ton cou... jusqu'à ce que ta réponse tant espérée arrive du bout de tes lèvres à mon oreille : "je t'aime"...


    votre commentaire
  •  

    Je m'endors toujours en serrant très fort la manche de ta petite polaire rose, comme si c'était ta main que je ne voudrais plus lâcher pour rien au monde... Et pourtant mon sommeil ne répare plus rien... il reste délicat, entrecoupé, à l'affût du moindre bruit, du moindre espoir.

    Oui, j'ai toujours en moi ce terrible espoir d'avoir un signe de toi, ici ou ailleurs... juste un petit signe qui voudrait dire que tu ne m'as pas oubliée, que tu m'as gardée dans ton coeur, comme tu me l'avais promis. Alors, je veille... Chaque matin, je me dis que ce sera peut-être aujourd'hui... Chaque soir, je m'endors, un peu déçue de ne rien avoir découvert nulle part, mais avec l'espoir que ce sera peut-être pour le lendemain...
    ♥ Je t'aime Coeur ♥

     


    votre commentaire
  •  


    Aujourd'hui j'ai juste envie de mourir...
    Je n'arrive plus à supporter tout ça. Tu me manques trop. Je ne parviens pas à penser à autre chose qu'à toi. C'est si difficile... sans personne pour m'y aider, sans rien ni personne à qui me raccrocher. Seule avec moi-même, avec ce terrible silence. J'aimerais tellement savoir arrêter ce temps qui me sépare de toi, pour retrouver celui d'il y a quelques mois, celui du soir où j'ai vu ton grand sourire derrière la vitre pour la toute première fois.
    J'ai perdu l'Amour de ma vie...
    Je t'aime Coeur...


    votre commentaire
  •  

    Je ne sais pas comment faire pour t'oublier. Je ne sais pas comment faire pour te désaimer... Ce n'est pas possible, je crois. Tant d'amour subsiste en moi encore. Tant de douceur juste à évoquer ton visage, ton regard sur moi, ta voix. Mon coeur est encore tout plein de toi, de nous. Mon coeur est encore ouvert même s'il saigne un peu, il continue de battre pour toi, très fort.
    Aujourd'hui, voilà 85 jours que tu es partie et 110 jours que je ne t'ai pas revue... Aujourd'hui, tu me manques comme hier et comme au lendemain de notre tout premier jour. Tu me manques, pas de la même façon certes, mais tu me manques terriblement. Je suppose que tu es heureuse maintenant, en ayant refait ta vie. Je suppose que tu as oublié, que tu m'as oubliée...
    Moi je ne sais pas te faire partir de mon coeur, je t'aime toujours. Je ne sais pas le refermer sur toi, sur notre histoire. Je me dis qu'il était une fois toi et moi, qu'il sera peut-être une autre fois toi et moi...


    votre commentaire
  •  

    Je sais que je t'ai rendue malheureuse à cause de toute cette jalousie qui t'étouffait et dont je ne me rendais même plus compte... Quand je l'ai enfin réalisé, il était déjà trop tard, je t'avais déjà perdue, sans le savoir. Malgré tout, j'ai voulu comprendre d'où venait ce caractère changeant si brusquement en moi : bouleversement hormonal total... ça ne pardonne pas...

    Pendant que j'essayais de tout bien faire, de tout vite soigner, de tout bien régler en moi pour venir te rejoindre, pour être la femme presque parfaite qui saurait te rendre heureuse, toi tu cherchais comment me quitter... Moi, je croyais réellement que notre Amour était infini, qu'il était fort, qu'il résisterait à tout, je croyais que la magie nous enveloppait, nous protégeait, que rien ne pourrait nous séparer... Pendant cette semaine durant laquelle tu as voulu faire une pause, j'ai tout mis en oeuvre pour me retrouver et me reconnaître enfin, pour toi et les enfants, pour nos rêves... mais tu ne m'as pas attendue, tu es partie si vite et tu as cherché à rencontrer quelqu'un d'autre, parce que je n'étais plus celle que tu attendais, celle que tu voulais, celle que tu aimais. Pour toi, j'étais juste devenue l'empoisonneuse de vie, pas celle qui, avec tant d'espoir, de patience et d'amour dans le coeur, irait jusqu'au bout d'elle-même pour te prouver sa volonté et son Amour...


    votre commentaire