•  

    Comment oublier ? Comment passer, penser à autre chose ? Comment avoir encore envie d'aimer, de se laisser aimer ? J'ai tellement peur maintenant que j'en suis terrorisée même...
    Je crois que jamais plus je ne pourrai me laisser approcher par quelqu'un d'autre que toi. Je m'enferme dans ce silence et dans ce vide que tu as laissés. Je m'enferme dans la peine et la culpabilité qui sont miennes. Je m'enferme dans ma maison, avec mon coeur à double tour.
    C'est toi mon bel Amour, mon tout premier Amour, l'Amour de ma vie... C'est toi ma fierté d'exister, ma substance, ma confiance... C'est toi que j'aime et que j'aimerai toujours où que tu sois, où que tu ailles, quoi que tu vives. Jamais je ne pourrai cesser de penser à toi ni de t'aimer Coeur...
    Un Amour tel que celui-ci laisse des traces indélébiles, des cicatrices de magie et de bonheur partout sur le corps et des étoiles et des fleurs partout sur le coeur.


    3 commentaires
  •  


    Le chagrin m'étreint, un chagrin d'amour. Ma vie n'a plus de sens sans tout cet amour débordant que je donne et que plus personne ne reçoit. Je suis une trop grande rêveuse, une trop fragile amoureuse. Je me laisse toujours prendre au piège des passions éphémères, des amours impossibles. Je m'acharne longtemps sur des êtres inaccessibles, sur d'improbables relations. Je passe mon temps à souffrir d'aimer, d'aimer trop. D'aimer trop les autres, parce que moi je ne m'aime pas assez. Alors, je dois sûrement me dire, inconsciemment, que si j'aime trop les autres, ils m'aimeront sans doute pour deux en retour. Mais c'est faux, je me leurre encore.

    Je ne sais pas comment on peut appeler ça... de la faiblesse, sans doute... Moi, je dirais juste que c'est de l'Amour pur, fort et sincère, un dévouement extrême, tout comme chaque sentiment, chaque émotion, que je ressens toujours à l'extrême...

    Aujourd'hui, tous nos rêves, tu les vis, tu les réalises avec une autre ; mais même après tout ça, même après cette autre qui est dans tes bras, dans ta vie, jamais je ne pourrai t'en vouloir ni même te reprocher quoi que ce soit, je n'en voudrai qu'à moi seule de ne pas avoir su t'aimer comme tu le méritais.
    Si tu savais comme je regrette de n'être pas venue te rejoindre plus tôt... J'aurais pourtant tout quitté pour toi, tu le sais, non sans peine certes, mais sans reculer et pleine de rêves et d'espoirs et surtout... d'Amour. Tu vois, malgré tout, je suis prête à t'attendre encore... 10 mois ou 10 ans s'il le faut, mais mon cœur, tout comme mes bras, te seront toujours grands ouverts si tu décides de revenir.
    Je t'aime Coeur...


    5 commentaires
  •  

    J'aurais aimé qu'on puisse se dire au revoir avant que tu ne partes. J'aurais aimé entendre que tu penserais à moi, que cette rupture te faisait de la peine à toi aussi et qu'on se reverrait assurément toi et moi... juste t'entendre.

    J'aurais aimé te voir partir souriante de tous nos délicieux souvenirs et t'entendre me dire que tu m'as aimée sincèrement, de cet amour que tu n'oublierais jamais, que tu garderais éternellement en ton cœur... juste te voir.

    J'aurais aimé au moins qu'il reste de nos rêves une amitié indestructible, comme un lien de rien qui aurait continué à nous unir un peu nous deux... juste un petit lien de rien du tout.

    J'aurais aimé un dernier baiser, un dernier câlin dans tes bras, au creux de ta joue, mes larmes cachées dans tes cheveux et les tiennes dans mes yeux... juste encore un peu de toi.


    votre commentaire
  •  

     

    Le grand Amour
    C'est quand on ne voit plus rien autour
    Quand on a des ailes d'hirondelle
    Et le cœur troubadour

    C'est quand nos regards
    Plongés dans les nuages
    N'ont plus pour espoir
    Que le temps de nos âges

    C'est quand le chemin
    S'élargit pour deux pas
    Et qu'on noue nos mains
    Nos destins toi et moi

    Le grand Amour
    C'est chaque jour une première fois
    Chaque nuit qui dure toujours
    Et jamais toi sans moi

     

    Je n'arrive plus à regarder des gens qui s'enlacent, qui se donnent la main, qui s'embrassent. Je ne supporte même plus d'entendre un « je t'aime » tout près de moi, ni même à la télévision... A chaque fois, ça me bouleverse jusqu'aux larmes, ça me fait penser à nous, à tous ceux qu'on se disait à longueur de jour et de nuit. Tant d'amour que j'ai perdu...
    Tu te souviens, avant on comptait les jours qui nous séparaient de nos week-end ou semaines de vacances ; maintenant je les compte seule : aujourd'hui c'est J + 55... 55 jours sans plus rien de toi...

     


    5 commentaires
  •  

    Je n'arrive pas à réaliser... toujours pas. je n'arrive pas à croire que c'est fini, que je ne reverrai jamais plus ton si doux visage. Je n'arrive pas à croire que tu ne m'aimes plus, que tu as pu m'oublier, m'effacer, comme ça, du jour au lendemain, après tout ce qu'on a vécu de si beau, de si grand, de si fort... tout cet amour, à en perdre nos cœurs... Moi je pense à toi jour et nuit, je pense à nous toujours, tous les jours...

    Je n'arrive pas à croire que maintenant, et depuis un certain temps déjà, tu es dans les bras d'une autre. Non, j'ai beau essayer de chasser cette image-là de mes yeux, elle m'obsède, me hante. Je ne sais qui a pris ma place auprès de toi, je ne sais qui a pris ton cœur, ton sourire, ton amour, j'espère juste qu'elle au moins saura prendre soin de toi et des enfants, qu'elle saura t'aimer et te rendre heureuse, puisque moi j'ai échoué, puisque moi je ne suis plus rien maintenant. Je ne compte plus. J'ai tout donné et j'étais prête à donner bien davantage encore, à tout surmonter, tout surpasser pour toi, pour vous.

    Imaginer tes bras serrer quelqu'un d'autre, alors que moi je prie chaque seconde qui nous sépare pour pouvoir être à nouveau contre toi. Imaginer que tu l'appelles peut-être aussi "Puce" et que pour chaque chose, chaque moment de la journée ou de la nuit, elle a pris ma place auprès de toi...
    L'espoir, comme la vie, ne me servent plus à rien...
    Je t'aime, Cœur, je t'aime...

     


    votre commentaire

  • Cette nuit, mon sommeil en pointillés devenu si léger m'a réveillée en sursaut. Je t'appelais. Je criais même, "Mon ange, mon ange, mon ange..." Et cette litanie de murmures s'est transformée en boule d'angoisse et de larmes. Je t'ai cherchée près de moi. J'ai caressé le drap. Ma main n'a trouvé que ta petite polaire, serrée tout contre moi, tout contre... Comme un bout de toi, dont je ne me séparerais pour rien au monde, un bout de ta présence, un bout du souvenir de la douceur, du bonheur et de la fierté d'avoir pu te regarder dormir là, tout contre...


    4 commentaires
  •  

    Pierre BACHELET - "Sans toi"

    [Pour Toi Cœur, parce que je sais que tu l'aimes beaucoup]


    Le silence comme celui qui m'entoure, comme celui qui m'étouffe
    Le silence tout autour de moi, dans mon cœur, dans mes bras
    Le silence de ma vie, de mes nuits, depuis que tu en es partie
    Le silence de mes pas qui ne me mènent plus que vers nulle part
    Le silence de mes bras tendus vers toi mais qui ne peuvent plus t'atteindre
    Le silence de chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde où je pense à toi
    Le silence de l'absence interminable, du manque effroyable, de mes pires cauchemars qui ne sont rien à côté de celui que je vis en ce moment
    Le silence de l'isolement, du recueillement, des larmes déversées par milliers, du cœur qui explose, des mains qui tremblent, des crises d'angoisses qui me laissent inanimée
    Le silence de cette lourde détresse qui a remplacé nos jolis rêves

    Le silence pour te dire que tu es l'Amour de ma vie et que je t'aime immensément...


    3 commentaires

  • J'avais commandé une planche avec une jolie voile pour te faire la surprise et pouvoir te suivre... La saison vient de réouvrir au lac. Le gérant du club m'a appelée pour venir en chercher une... Mais ça sert à quoi tout ça maintenant ?
    Mon équilibre était si fragile... Tu l'as renforcé un peu plus chaque jour... Sans toi il est rompu à jamais...


    7 commentaires

  • J'avais commandé une planche avec une jolie voile pour te faire la surprise et pouvoir te suivre... La saison vient de réouvrir au lac. Le gérant du club m'a appelée pour venir en chercher une... Mais ça sert à quoi tout ça maintenant ?
    Mon équilibre était si fragile... Tu l'as renforcé un peu plus chaque jour... Sans toi il est rompu à jamais...


    votre commentaire


  • Beuh !! Il y a eu de l'orage très violent tout l'après-midi...

    Je me suis alors souvenue comme j'étais bien, sereine, apaisée, toute collée-serrée contre toi, entre tes bras, lorsqu'il y avait de l'orage ou beaucoup de vent et que nous étions ensemble...
    Toi, tu faisais ta fière parce que tu n'as peur de rien et que tu aimais te sentir très protectrice envers moi comme ça... Moi, la petite trouillarde, je me faisais encore plus petite pour que tu me serres encore plus fort et que tu me fasses un rempart de tes bras...


    votre commentaire